La chapelle des damnés

Couverture du roman dont la parution est prévue en octobre 2013.

« Le suspense qui dès les premières pages prend corps, empruntera ceux d’une rousse incendiaire et d’une punkette démoniaque, sous le regard d’une procession de damnés dont les fresques ont traversé les âges. Est-ce réel ? Est-ce la projection des affres d’Ivo Varmon au fond du gouffre ? Le mystère perdure au-delà même de la dernière page. »

Sophie Leclanché. La Montagne.

« J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai lu d’une traite et qui m’a vraiment tenue en haleine. »

Alix Bayart de Loriol. Lectures de Liliba.

« J’ai ressenti à la lecture de ce livre, les mêmes sensations que celles que j’ai pu avoir en tournant les pages de l’œuvre du grand HP Lovecraft. »

Gaylord Kemp. Du Bruit dans les Oreilles.

« J’ai beaucoup aimé ce roman sur les mystères enfouis dans les campagnes profondes, les cultes sataniques, et l’évolution de la personnalité du personnage principal rajoute de la densité et du plaisir à cette lecture. Une belle découverte et un auteur à suivre ! »

Karine Mansard. Livreenvie – Black Kat.

« Et que même, on voit arriver doucement le dénouement mais sans vraiment être tout à fait sûr alors il faut qu’on sache et on s’accroche au livre fermement : je te lâcherai quand je saurai ! »

Laetitia Secq. Au pouvoir des mots.

« Un auteur français avec une telle plume et qui joue si intelligemment avec les codes anciens de la littérature anglo-saxonne, méritera d’être suivi de très près dans le futur. »

Yvan. Émotions blog littéraire.

« Il y fait froid. L’ambiance est glaciale, humide comme la neige qui envahit le décor (…). J’aime les univers glauques, celui ci est digne des meilleurs Brussolo. L’écriture est soignée, parfois poétique, agréable et facile à lire. »

Thierry Dufrenne. Auteur. Que lisez-vous?

4ème de couverture

Ivo Varmon, un archéologue en pleine dépression suite à un drame familial, choisit de partir sur les routes de France pour tenter d’oublier. Il est vite rattrapé par son instinct quand, au détour d’une forêt profonde, il découvre ce qu’il croit être une petite chapelle perdue. Bien décidé à fouiller dans ce bâtiment qui l’intrigue beaucoup, il s’installe dans le village voisin, peuplé de personnages au comportement étrange…

Extrait 1 :

Il secoua vigoureusement la lourde chaîne cadenassée. Une protestation indignée au son métallique fusa dans la blancheur feutrée des alentours. L’écho percuta le flanc des collines, puis déclina peu à peu jusqu’à mourir dans l’obscurité de la forêt. Il posa sa main sur la colossale porte à double battant et la retira aussitôt. Il avait ressenti une chaleur, presque animale, malgré le froid intense. L’empreinte évanescente qu’il avait laissée dans le givre se rétracta lentement sous ses yeux. Elle finit par disparaître totalement, comme si le bois avait voulu éliminer cette souillure à sa surface.

Extrait 2 :

Le temps d’un éclair dans un ciel de ténèbres, Ivo avait perçu autre chose que le simple dessin d’un œil sur un mur. Il avait entrevu le tragique destin de ce regard posé sur lui. Un regard qui semblait l’avoir attendu depuis toujours, lui, Ivo Varmon le restaurateur, et qui, à présent, l’interpellait du fond des âges.

Extrait 3 :

Il repensa à ce que lui avait dit Coldeboeuf. Et si c’était lui qui avait raison ? Si le monde n’était pas vraiment ce qu’il paraissait être ? Si l’univers qui l’entourait n’était que le fruit de sa propre perception des choses ?

Extrait 4 :

Il se rapprocha lentement, jusqu’à effleurer le lobe translucide de son oreille. Il sentit le duvet transparent qui lui caressait les lèvres, le métal glacé qui la transperçait par endroits. La fille fut parcourue d’un léger frisson qu’Ivo perçut malgré elle. Lucy tourna enfin ses yeux délavés vers lui. À présent, leurs visages se touchaient presque. Il sentit son souffle tiède.

Extrait 5 :

Après un long moment, affalé dans le silence pesant qui s’était abattu sur le petit canyon, à peine troublé par le ruissellement guilleret de l’eau, il osa de nouveau jeter un regard en direction de l’onde obscure. Plus rien. Rien que le noir vertigineux et profond d’où pouvait, à tout instant, surgir quelque monstre d’outre-tombe, quelque amour du passé.

Extrait 6 :

Et enfin, ce mot, coupé en deux par un éclat dans l’apprêt. On n’en distinguait plus que le début « YO » et la fin «ÂN ». D’après la taille de la calligraphie utilisée, Varmon calcula qu’il devait manquer trois lettres. Il prit des clichés de ces écritures et les nota consciencieusement sur son bloc-notes, telles qu’elles apparaissaient. Il dessina trois petits points au crayon à papier entre le YO et le ÂN, puis il remisa le calepin dans sa poche.

Extrait 7 :

Les phares d’une voiture perdue dans la Grand-rue s’immiscèrent à travers les fentes du volet et défilèrent sur les murs. Les stries de lumière jaune s’étalèrent en corolle jusqu’au plafond, avant de s’étioler vers la porte. Juste avant de mourir complètement, la lueur éclaira un corps.

Extrait 8 :

Mais non, il se révolta contre cette idée. Renoncer à ses rêves c’était comme être mort. Et cette fois-ci, il tenait un truc d’une importance à peine imaginable, gigantesque ! Il défrichait des horizons que jamais aucun médiéviste, ni aucun archéologue, n’avaient même jamais touché du doigt.

Extrait 9 :

Enfin, Lucy apparut. Elle s’avança avec lenteur. Dans un silence opaque. Elle était nue. La pénombre du lieu faisait étrangement ressortir la blancheur de son teint. Les flambeaux jouaient de leurs feux sur sa peau de lune et Ivo ne put s’empêcher de la trouver belle. Belle comme la nuit. Belle à en crever.

Extrait 10 :

Les ténèbres achevaient le dernier éclat du jour quand il atteignit les lourdes portes de l’église. La nuit renaissait, absolue. À l’intérieur, le noir était impénétrable.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La chapelle des damnés »

    bessat a dit:
    28 novembre 2013 à 21:43

    gance a encore réussi, on se laisse prendre par cette aventure envoûtante. La chute est terriblement efficace. J’ai lu ce roman d’un jet, avec envie. Le talent de samuel gance s’affirme vraiment avec ce roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s